La maladie, contre laquelle je mène un combat retardateur, m'a privé de disponibilité depuis le début de l'année. Je profite d'un amélioration pour essayer de remettre un peu d'ordre dans mes idées.

 

Toutes les grandes civilisations sont issues de la convergence d'aspirations individuelles intimistes, et la réalisation d'actions collectives qu'elles commandent. Elles reposent sur le contrat moral qui lie l'adhérent au « gouvernement » en qui il a placé sa confiance ; elles disparaissent lorsque les conditions d'adhésion au projet collectif ne sont plus remplies.

 

Les États-Unis d'Amérique ont dirigé le monde depuis l’avènement du vingtième siècle.

La Liberté était l'idéal de vie qu'ils offraient (ou prétendaient offrir) non seulement aux Nord-Américains, mais au monde entier. La libre-échange et l'économie de marché constituaient, avec la libre circulation des personnes, des biens et des idées, les moyens qui allaient permettre à la Démocratie et aux Droits de l'Homme de régner sur le monde.

 

Tout cela fut à peu près crédible jusqu'à la fin de l'Union Soviétique.

 

Car depuis, la paix dans le monde ne cesse de reculer. La guerre commencée en Irak en 1992 par G.H.W. Bush n'est toujours pas terminée en 2018, ni celles d'Afghanistan, de Libye et de Syrie, tandis que les « sanctions économiques » qui frappent la Russie et l'Iran sont étendues aux sociétés occidentales qui commerceraient avec ces pays.

 

Tout le monde l'a compris, les USA empêchent le marché pétrolier européen de s'approvisionner hors des productions américaine et d'Arabie Saoudite. L'Europe doit accepter un prix supérieur à 60$ le baril pour son pétrole, soit le double de ce qu'elle paierait si le « principe de libre circulation des marchandises » (et en particulier des hydrocarbures) était respecté. L'Europe et les peuples du Moyen-Orient vivent dans la pauvreté pour financer le train de vie des USA.

 

Les États-Unis foulent aux pieds les fondements du libre-échange dès qu'ils leur sont défavorables. Pour cela, ils n'hésitent pas à recourir à la guerre (en particulier au Moyen-Orient, et les velléités du Liban et de l’Égypte d'exploiter leurs ressources de gaz naturel en méditerranée laissent craindre un développement de la guerre dans ces pays, et sans doute en Israël). La nouvelle doctrine américaine renie les fondamentaux qui ont fait sa force, car la régulation des marchés doit être combattue dès lors qu'elle contrevient aux intérêts américains. Tant pis pour la Paix dans le monde, la Démocratie, les Droits de l'Homme et la Liberté. Seuls comptent les bénéfices de Wall Street.

 

Les Américains ont abandonné la posture morale qui faisait leur force dans le monde. Ils sont entrés dans la voie du déclin. Ce ne seront ni la Chine, ni la Russie, ni personne, qui les dépasseront:comme toute grande civilisation qui trahit ses idéaux, les USA seront d'abord vaincus par eux-mêmes. Moralement ils sont déjà morts.