La stratégie russe au Moyen-Orient.

 

Vladislav Chouryguine, expert militaire russe et membre des services de renseignement, a écrit sur son site Old-Zavtra.ru un article très intéressant sur les événements du Moyen-Orient. Il s'efforce de faire porter la responsabilité des guerres du Moyen-Orient à l'Arabie Saoudite, les USA n'apparaissant que comme soutien de cette dernière.

 

Cette indulgence vis à vis des Américains ne se traduit pas par une faiblesse des armées russes sur le terrain, bien au contraire. Tout se passe comme si les États-Unis nous donnaient un spectacle de surenchère verbale, tandis que la Russie s'efforçait de dédramatiser … tout en étant prête à toute éventualité.

 

Prenons un peu de recul : le Qatar achète peu à peu le patrimoine français : ses fleurons industriels, ses marques commerciales, ses immeubles de prestige. La France est en trains de se « qatariser ». Pourquoi ? Parce qu'elle doit céder quelque chose en échange de ses énormes importations de gaz.

Pendant un demi-siècle, l'Arabie Saoudite a fourni 25% du pétrole de l'Occident. Les réserves financières considérables qu'elle a accumulées auraient dû lui permettre d'acheter les USA, comme aujourd'hui Doha achète la France.

 

Pour éviter cela, les USA ont vendu de l'armement à Riyad. Mais pour que cela puisse devenir une rente, il fallait que cet armement soit utilisé. D'où la théorie du chaos. Ainsi la véritable raison de tous les drames qui se déroulent au Moyen-Orient suite aux initiatives américaines n'est pas stratégique, mais économique. Pour les Américains, d'ailleurs, l'économie prime sur le politique.

 

Tout cela, les Russes le savent parfaitement (et le colonel Vladislav Chouryguine aussi), et la compréhension dont ils font preuve vis à vis des USA est à la limite de la complicité. En effet, si Poutine n'était pas intervenu en Syrie, Bachar El Assad aurait été renversé, les islamistes auraient occupé la totalité de la Syrie et de l'Irak puis auraient menacé l'Arabie Saoudite (voire la Turquie), entraînant un effondrement des marchés européens, puis de l'économie chinoise, … et tout cela aurait été très mauvais pour l'économie américaine.

Grâce à la Russie, le chaos voulu par les USA reste maîtrisé. Et puis surtout, si Moscou est si compréhensive, c'est parce que cela lui profite : si elle a perdu la partie pauvre de l'Ukraine, elle en a conservé la zone industrielle la plus riche ; elle a repris la Crimée et Sébastopol, et dans le même temps, elle vient de faire basculer la Turquie dans sa zone d'influence.

 

Poutine ne cherche pas à contrer Washington. Il se contente d'exploiter la situation à son avantage à chaque contorsion de la politique américaine.

Et pour cela il va même jusqu'à dédouaner les États-Unis de ce qui se passe au Moyen-Orient : selon lui, le responsable, ce n'est pas Washington, c'est Riyad.

 

Car Moscou aussi a intérêt à ce que la politique du chaos perdure : cela lui permet de récupérer une partie de ce qu'elle a perdu sous Eltsine.

 

                                                                          Hervé LE BIDEAU

19/10/2016

 

                                La stratégie russe au Moyen-Orient.

 

Vladislav Chouryguine, expert militaire russe et membre des services de renseignement, a écrit sur son site Old-Zavtra.ru un article très intéressant sur les événements du Moyen-Orient. Il s'efforce de faire porter la responsabilité des guerres du Moyen-Orient à l'Arabie Saoudite, les USA n'apparaissant que comme soutien de cette dernière.

 

Cette indulgence vis à vis des Américains ne se traduit pas par une faiblesse des armées russes sur le terrain, bien au contraire. Tout se passe comme si les États-Unis nous donnaient un spectacle de surenchère verbale, tandis que la Russie s'efforçait de dédramatiser … tout en étant prête à toute éventualité.

 

Prenons un peu de recul : le Qatar achète peu à peu le patrimoine français : ses fleurons industriels, ses marques commerciales, ses immeubles de prestige. La France est en trains de se « qatariser ». Pourquoi ? Parce qu'elle doit céder quelque chose en échange de ses énormes importations de gaz.

Pendant un demi-siècle, l'Arabie Saoudite a fourni 25% du pétrole de l'Occident. Les réserves financières considérables qu'elle a accumulées auraient dû lui permettre d'acheter les USA, comme aujourd'hui Doha achète la France.

 

Pour éviter cela, les USA ont vendu de l'armement à Riyad. Mais pour que cela puisse devenir une rente, il fallait que cet armement soit utilisé. D'où la théorie du chaos. Ainsi la véritable raison de tous les drames qui se déroulent au Moyen-Orient suite aux initiatives américaines n'est pas stratégique, mais économique. Pour les Américains, d'ailleurs, l'économie prime sur le politique.

 

Tout cela, les Russes le savent parfaitement (et le colonel Vladislav Chouryguine aussi), et la compréhension dont ils font preuve vis à vis des USA est à la limite de la complicité. En effet, si Poutine n'était pas intervenu en Syrie, Bachar El Assad aurait été renversé, les islamistes auraient occupé la totalité de la Syrie et de l'Irak puis auraient menacé l'Arabie Saoudite (voire la Turquie), entraînant un effondrement des marchés européens, puis de l'économie chinoise, … et tout cela aurait été très mauvais pour l'économie américaine.

Grâce à la Russie, le chaos voulu par les USA reste maîtrisé. Et puis surtout, si Moscou est si compréhensive, c'est parce que cela lui profite : si elle a perdu la partie pauvre de l'Ukraine, elle en a conservé la zone industrielle la plus riche ; elle a repris la Crimée et Sébastopol, et dans le même temps, elle vient de faire basculer la Turquie dans sa zone d'influence.

 

Poutine ne cherche pas à contrer Washington. Il se contente d'exploiter la situation à son avantage à chaque contorsion de la politique américaine.

Et pour cela il va même jusqu'à dédouaner les États-Unis de ce qui se passe au Moyen-Orient : selon lui, le responsable, ce n'est pas Washington, c'est Riyad.

 

Car Moscou aussi a intérêt à ce que la politique du chaos perdure : cela lui permet de récupérer une partie de ce qu'elle a perdu sous Eltsine.

 

                                                                          Hervé LE BIDEAU

19/10/2016