La dette de la France.

 

Avant la mondialisation, l'Histoire obéissait à des causes (la liberté ; le communisme ; les nationalismes ; la démocratie ; le socialisme ; etc...). Depuis, elle est régie par des flux : flux financiers ; flux pétroliers ; flux migratoires ; flux commerciaux ;...

 

Cela a commencé avec la crise financière de 1929. Depuis une trentaine d'années, les gangsters de la prohibition accumulaient des profits faramineux, très supérieurs à leurs dépenses courantes (ils ne pouvaient pas trop dépenser sans se faire repérer par le FBI et être arrêtés).Leur argent s'entassait dans des lessiveuses.

Mais en 1929, des financiers constatèrent que le volume d'argent en circulation aux États-Unis était très inférieur à celui que légitimait l'économie du pays : d'où la crainte qu'en cas de retrait massif,  les banques ne puissent pas satisfaire à la demande. Seuls les premiers retraits seraient honorés, les autres provoquant la faillite des banques.

 

En 1933 Roosevelt, élu président des USA, mit fin à la prohibition, tuant ainsi la poule aux œufs d'or d'une partie de la mafia), et relança l'économie américaine par  de grands travaux.

 

Mais où trouva-t-il l'argent nécessaire, puisque les banques n'en avaient plus ? La réponse est : auprès de la mafia, en fermant les yeux sur la provenance des fonds qui afflueraient pour accomplir cette politique de relance.

C'est ainsi que la famille Kennedy, du jour au lendemain, eut pignon sur rue, et dépensa les richesses qu'elle avait accumulées des décennies durant.

 

La banque fédérale américaine (qui est un consortium de banques privées) a retenu la leçon : le gel de l'argent des trafics d'alcool avait mis en échec la finance et l'économie américaine. Il fallait donc impérativement que dans l'avenir, l'argent provenant des trafics (quels qu'ils soient) soit recyclé dans l'économie réelle.

 

Si certains d'entre vous me demandent quel intérêt le milliardaire George Soros a à financer la dette de la France à des taux de 1% sur 10 ans, je leur dirai que je n'en ai aucune idée... car je ne peux imaginer que l'argent que la France doit emprunter tous les trois mois pour payer ses fonctionnaires, ses parlementaires, ses dignitaires de l'Académie et du Conseil Économique et Social, provienne du recyclage des fonds de la fraude fiscale, de la prostitution, de la drogue, du trafic d'êtres humains et du terrorisme.

 

 

Hervé Le Bideau

16/12/ 2017