Le prix du pétrole.

 

 

 

Un article de « Boulevard Voltaire » sur la baisse du prix du pétrole y voit le résultat d'un bras de fer entre les producteurs de brut naturel (Arabie Saoudite, Koweït et Russie) et les Américains, producteurs d'huiles de schiste, pour le « contrôle stratégique et économique du monde ».

 

J'y vois une autre explication.

Il faut comprendre que la politique américaine est décidée en premier lieu par les hommes d'affaires ; et ces derniers ne respectent qu'une chose : la loi du marché.

 

Importateurs de pétrole, les États-Unis s'endettaient. L'Europe aussi. Ils ont décidé de procéder à l'exploitation des gaz et pétrole de schiste. Mais, alors qu'un puits traditionnel ne coûte plus rien une fois que le forage a été réalisé, l'extraction des gaz et huiles de schiste est gourmande en énergie : il faut fracturer la roche (pour les premiers), envoyer des liquides sous pression et effectuer des forages rapprochés (donc plus nombreux) ; pour les seconds, il faut chauffer les sables à plusieurs centaines de degrés, filtrer, séparer, purifier …. . Toutes ces opérations sont coûteuses en énergie : pour récolter l'équivalent de 3 litres de pétrole, il faut en consommer un.

 

Conclusion : le pétrole de schiste revient 1,5 fois plus cher que le pétrole naturel.

 

Après la crise de 2008, en 2009, le prix du baril était retombé à 40$ le baril. Le prix de revient du pétrole de schiste se situait donc à un niveau supérieur à 60$, vraisemblablement vers 70, pour tenir compte des retours sur investissement. Compte-tenu de l'inflation depuis 5 ans, il doit être actuellement proche des 80$.

 

Comment a-t-on fait pour faire varier les coûts de 40$ à plus de 100$ entre 2009 et 2011?

Par les embargos (contre l'Iran) et les guerres (Irak, Libye, Syrie et récemment contre DAECH, et comme cela ne suffisait pas à faire monter les cours en Europe, en Ukraine).

 

Pourquoi, malgré toutes ces guerres, les prix redescendent-ils ?

Parce que les USA étant devenus exportateurs, l'Europe devient le principal client de l'Arabie Saoudite, du Koweït et de la Russie. Il y a donc baisse relative de la demande par rapport à l'offre.

 

Quelles sont les limites du prix du pétrole ?

  • A moins de 80$ le baril, les investissements américains ne seront jamais remboursés. Si les Etats-Unis font faillite, ils entraînent dans leur suite l'économie mondiale. Il y aura d'abord une série de guerres civiles, avant que tout ne s'embrase dans une guerre généralisée.

  • A plus de 100$ le baril, c'est l'Europe qui sera acculée à la faillite. Elle entraînera la Chine dans son sillage, et on retrouvera le cas de figure précédent.

 

Conclusion :

La paix mondiale se joue autour du prix du pétrole, à 10$ près le baril. Chaque année qui passe verra la fourchette se rétrécir.

Je crois que les USA, les Russes, l'Arabie et le Koweït en sont parfaitement conscients. Personne ne cherche de bras de fer avec personne. Et tous sont unis contre DAECH qui actuellement brade pour survivre le pétrole irakien à 12 ou 20$ le baril.

 

 

Hervé LE BIDEAU

24 octobre 2014